La ligne de commande
logo imprimer
Enregistrer au format PDF

LA LIGNE DE COMMANDE

 
 

  • Ouvrez une console (appelé aussi terminal)
  • Ce qui ressemblera fort a cette image, bien que dans celle ci, j’ai rajouté une image de fonds à l’aide des préférences.
  • pour décoration, mais qui n’a aucune utilité.

capture d'écran : console terminator
 
 

*lorsque le prompt de votre console est $ vous êtes utilisateur
* lorsque le prompt de votre console est # vous êtes administrateur après avoir
tapez su et mis le mot de passe root
 

  • Vous pouvez installer un générateur de mots de passe
  • Pour changer votre mot de passe root
  • tapez su puis votre mot de passe puis passwd, on vous demandera votre nouveau password ainsi que sa confirmation

 

Tapez donc la commande ls (sans option), qui va lister vos répertoires et fichiers

 

 

la commande cd sert à se déplacer dans vos répertoires, ici cd Téléchargement m’emmène dans ce répertoire et la commande pwd me confirme que je suis bien dans ce répertoire.
 

capture d'écran : console (ou terminal) pwd vous informe du répertoire courant

 

COMMANDES CD ET LS : DETAILS

 

cd seul revient dans votre racine home/toto
cd /var/log vous amène dans le répertoire log
cd .. revient en arrière
ls liste les fichiers d’un répertoire
ls -a pour voir les fichiers cachés
ou ls -la , le -l liste le type, la date, la taille le propriétaire et les permissions
ls -r inverse l’ordre de l’affichage
ls -S affiche par taille de fichier
ls -lisha voir toutes les infos sur les fichiers.
ls -l active le listing par colonnes
ls -i active un index pour chaque fichier
Ls -s active les informations sur la taille des fichiers
ls - a affiche tous les fichiers, cacher. ou non
ls -R Affichage récursif peut-être très long, faire un grep
ls -F mets un / pour les répertoires et un * pour les fichiers exécutables
ls -ld repertoire listera la description du répertoire
ls - repertoire listera le contenu du répertoire
“ls -lisa”, et si on ajoute l’option « h » Ce sont les options les plus couramment utilisées dans le
monde unix.
ls -lisha cela permet d’afficher la taille des fichiers de manière plus lisible.
  • La commande lstopo peut intéresser les curieux (totalement inutile par contre)
    Lstopo rend la topologie de la machine en texte ou en graphique, voir man

capture de l'image fournie avec la commande lstopo
 

LES PRINCIPALES COMMANDES LINUX


.

  • Créer et supprimer (un répertoire et un fichier)
     
  • Pour créer toute l’arborescence en une seule ligne de commande, nous pouvons utiliser l’option « –p » (pour —parents) qui se charge de créer tous les répertoires parents inexistants
     
  • On peut également créer ce genre d’arborescence très facilement en une seule ligne de commande :
     

 

  • ce qui mettra dans biblio les deux répertoires étagere1 et étagere2
    et dans chacun, on aura les deux répertoires dossier1 et dossier2
     

  • l’autocompletion consiste à compléter la ligne de commande que vous êtes en train de taper d’un simple appui sur la touche - - “tab” (tabulation).
  • souvent installé par default, sinon

.

APT : ADVANCED PACKAGING TOOLS - DPKG - outils de configutations en ligne de commande

.

  • #apt-get install : apt récupère puis install le paquet demandé, il installe aussi les dépendances, il suggère aussi des paquets
  • Rehercher le logiciel hugin
  • Installer le logiciel hugin
  • Reinstaller si il le faut le logiciel hugin
     
  • supprimer le logiciel hugin

 

  • showpkg vous donne toutes les informations sur le logiciel, ce qui est installé ou non, les dépendances.. peut lister les versions des paquets disponibles dans chaque distribution. option -u
     
  • policy vous renseignera si c’est installé, la version
  • Les mises à jour en console :

 
 

 

 

  • L’option –names-only permet de limiter la recherche au nom de paquet. Ainsi la commande :
     

     

  • Liste de paquets qu’il est possible de mettre à jour

apt-get install apt-file
apt-file update

 

  • APT ET LE CACHE
     
     

 
 
capture console, DPKG écrit avec l'option figlet
 

  • installer un paquet deb
  • Supprimer un paquet deb et ses fichiers configuration
  • dpkg -s nom du paquet affiche le statut du paquet
  • exemple
  • Package : vim-gtk
  • Status : install ok installed
  • Priority : extra
  • Section : editors
  • Installed-Size : 2020
  • Maintainer : Debian Vim Maintainers
  • Architecture : i386
  • Source : vim
  • Version : 2:7.2.445+hg cb94c42c0e1a-1
    Provides : editor, gvim, vim, vim-perl, vim-python, vim-ruby, vim-tcl
    Depends : vim-gui-common (= 2:7.2.445+hg cb94c42c0e1a-1), vim-common (= 2:7.2.445+hg cb94c42c0e1a-1), vim-runtime (= 2:7.2.445+hg cb94c42c0e1a-1), libacl1 (>= 2.2.11-1), libc6 (>= 2.4), libglib2.0-0 (>= 2.12.0), libgpm2 (>= 1.20.4), libgtk2.0-0 (>= 2.18.0), libice6 (>= 1:1.0.0), libncurses5 (>= 5.7+20100313), libpango1.0-0 (>= 1.14.0), libperl5.10 (>= 5.10.1), libpython2.6 (>= 2.6), libruby1.8 (>= 1.8.7.299), libselinux1 (>= 1.32), libsm6, libx11-6, libxt6, tcl8.4 (>= 8.4.16)
    Suggests : cscope, vim-doc, ttf-dejavu, gnome-icon-theme
    Description : Vi IMproved - enhanced vi editor - with GTK2 GUI
    Vim is an almost compatible version of the UNIX editor Vi.
    .
  • Many new features have been added : multi level undo, syntax
    highlighting, command line history, on-line help, filename
    completion, block operations, folding, Unicode support, etc.
    .
  • This package contains a version of vim compiled with a GTK2 GUI
    and support for scripting with Perl, Python, Ruby, and Tcl.
  • Reconfigure de nouvelles locales de votre choix
  • Pour voir si tous les paquets sont bien installés
  • En console root tapez la commande suivante
    .


LE SYSTÈME DE FICHIER DANS DEBIAN :

  • La racine /  : contient évidemment tout les répertoires, le plus souvent, le répertoire racine ne contient que des sous-répertoires.
  • boot : contient les fichiers nécessaires au démarrage ainsi que des fichiers de configuration des boot loader comme grub, le noyau nommé vmlinuz (distribution testing intégre le noyau vmlinuz-2.2.20) et les fichiers de démarrage
  • ROOT  : est le répertoire personnel de l’administrateur.Le répertoire d’accueil du superutilisateur.
  • Bin /usr/bin :les fichiers exécutables (en binaire) (initialisation du système + commandes "essentielles")
    Le / bin répertoire présente les programmes essentiels que le système a besoin pour fonctionner, tandis que / usr / bin contient des applications pour les utilisateurs du système.
  • sbin : / usr / sbin :Les sbin répertoires contiennent des programmes pour l’administration du système, principalement pour une utilisation par le super-utilisateur root
  • Dev : est un répertoire spécial, il contient contient des dispositifs qui sont disponibles pour le système. Sous Linux , les dispositifs sont traités comme des fichiers. Vous pouvez lire et écrire des appareils comme s’ils étaient des fichiers. Par exemple / dev/fd0 est le premier lecteur de disquette, / dev / sda est le premier disque dur. Tous les dispositifs que le noyau comprend sont représentés ici. des données et des programmes communs aux utilisateurs. préparés par le système aux périphériques. Le montage va réaliser une correspondance de ces fichiers spéciaux vers leur répertoire "point de montage".
  • Home : la racine des répertoires qui va stocker le travail personnel des utilisateurs
    Tmp : stockage des fichiers temporaires issus des processus en cours d’exécution.
    lib : les bibliothèques et les modules du noyau
  • USR : est un répertoire important du système Linux. Il contient des données et des programmes communs aux utilisateurs.
  • Media : pour monter des partitions, racine des points de montage des systèmes de fichiers périphériques ou extérieurs(cd, disquette, nfs ..). (voir aussi /mnt )
  • selinux : (pour Security-Enhanced Linux) est un modèle de sécurité que l’on peut ajouter au système standard de Linux afin d’augmenter la sécurité face aux diverses attaques que subit le système. Avec SELinux, on peut configurer les accès de chaque processus pour les restreindre à un strict minimum. Cela permet de rendre
    inexploitable certaines failles, et en cas de piratage, de limiter l’étendue des d ègâts.(voir les docs sur le net)
  • sys  : permet à l’administrateur de l’ordinateur d’activer et de désactiver des fonctions du noyau. Ce répertoire fournit également des informations sur le système.
  • Usr : (unix system ressources)programmes accessibles à tout utilisateur ; sa structure reproduit celle de la racine /
  • vmlinuz : image du noyau linux (coeur du system, ou kernel)
  • etc : répertoire contient les fichiers de configuration du système. Tous les fichiers - dans / etc devraient être des fichiers texte. Points d’intérêt :
  • / Etc / passwd : Le passwd fichier contient les informations essentielles pour chaque utilisateur. C’est ici que les utilisateurs sont définis.
  • / Etc / fstab :Le fstab fichier contient une table de dispositifs qui sont montés lors du démarrage du système. Ce fichier définit vos disques durs.
  • / etc / hosts : Ce fichier répertorie les noms d’hôte de réseau et les adresses IP qui sont intrinsèquement connus du système.
  • / Etc / init.d :Ce répertoire contient les scripts qui démarrent différents services du système en général au moment du démarrage.
  • principaux scripts de paramétrage
  • /etc/rc.d scripts de démarrage du système
  • /etc/X11 scripts de configuration du serveur X
  • lost+found : Désigne un répertoire spécial d’un système de fichiers Unix à l’intérieur duquel OS stocke les fichiers trouvés ou endommagés. (uniquement en root)
  • mnt : (mount)la racine des points de montage des systèmes de fichiers périphériques ou extérieurs (cd, disquette, nfs ..).
  • proc : ce pseudo-répertoire contient une "image" du système (/proc/kcore est l’image de la RAM)cat /proc/cpuinfo, cat /proc/net/arp, cat /proc/interrupts
  • var : contient les journaux d’activités du système appelés logs. Ces fichiers contiennent les dates d’accès de certains programmes, les tâches journalières exécutées par crontab y sont également reportées les données variables liées à la machine (fichiers d’impression, traces de connexions http, smb .. dans /var/log)
.
ÉCOUTER LA MUSIC EN CONSOLE AVEC MOC
  • h pour l’aide
  • q pour quitter
  • ENTRER Commencez à jouer à ce fichier ou aller dans ce répertoire
  • BAS Déplacer vers le bas dans le menu
  • UP Déplacez-vous dans le menu
  • PAGE_DOWN Déplacer une page vers le bas
  • PAGE_UP Déplacer une page vers le haut
  • s pour arrêter la musique
  • n lire le fichier suivant
  • b lire le fichier précédent
  • ESPACE p Pause
  • la touche , réduit le son
  • la touche maj + ; augmente le son
  • AVEC D’AUTRES CLAVIERS
  • la touche > augmente le son
  • la touche < réduit le son

ALLONS UN PEU PLUS LOIN EN LIGNE DE COMMANDE

QUELQUES COMMANDES SYSTÈME

  • voir ses parttions : exemple ci-dessous


df -k donne l’espace disque utilisé et libre sur les différentes partitions.

  • La prtition de votre /home, c’est quoi ?
  • LA COMMANDE "du"
  • connaitre la taille du répertoire courant
  • Pour connaitre la taille de tous les répertoires et sous-répertoires du répertoire courant, il suffit de taper la commande du (pour disk usage) :
  • L’option -ak demande l’affichage et la taille de tous les fichiers contenus dans vos répertoires et sous-répertoires
  • mount : Monter un système de fichiers.
  • Tous les fichiers accessibles sur un système de fichiers Unix sont rangés sur une arborescence unique, la hiérarchie des fichiers dont la racine est /. Ces fichiers peuvent être répartis sur différents périphériques. La commande mount est utilisée pour attacher le système de fichiers d’un périphérique sur l’arborescence. À l’inverse, -* la commande umount détache ce système de fichiers de l’arborescence.


Identifier votre materiel

  • ( -v = mode bavard - deux fois v soit -vv = mode trés bavard)




Si vous n’obtenez rien alors :

.
.


  • (si rien)



 

  • hwinfo outil de détection matériel : hwinfo récupère les informations concernant le matériel installé sur le système.
  • Surveiller son disk dur avec smart
  • activer smartmontools sur le disk à surveiller

smartctl -s on /dev/sda
smartctl 5.41 2011-06-09 r3365 [x86_64-linux-3.2.0-4-amd64] (local build)

=== START OF ENABLE/DISABLE COMMANDS SECTION ===

  • SMART Enabled.
  • suivre la température de votre processeur
  • tapez
  • répondez yes à toutes les questions
  • acpitz-virtual-0
    Adapter : Virtual device
    temp1 : +27.8°C (crit = +106.0°C)
    temp2 : +29.8°C (crit = +106.0°C)

coretemp-isa-0000
Adapter : ISA adapter
Physical id 0 : +36.0°C (high = +85.0°C, crit = +105.0°C)
Core 0 : +32.0°C (high = +85.0°C, crit = +105.0°C)
Core 1 : +36.0°C (high = +85.0°C, crit = +105.0°C)

  • Les messages du noyau(Afficher et contrôler le tampon des messages du noyau )
  • pour n’avoir que les 25 dernières lignes du message
  • pour n’avoir que les 25 premières lignes du messages
  • pour n’avoir que ce qui concerne eth0

 

  • infos mémoire
     
     
  • Autre commande

 

  • Des infos de votre processeur :
  • La commande ps
    — * Le processus INIT, son PID est 1, il est le père de tous les processus.
    on relance un processus après modif de la configuration avec
  • /etc/init.d restart "nom du processus"
  • La commande ps auxr liste les processus actifs (running)
  • La commande ps axl liste avec un ordre de tri (par défaut le PID)
  • La commande pstree permet de visualiser l’arborescence des processus :
  • Les commandes kill et killal permettent d’agir sur le fonctionnement des processus. La commande kill agit à l’aide du PID et killall à l’aide du nom du processus :
  • ps -e ou ps -ef ou ps -efl pour plus d’infos
  • ps -aux ou ps auxww affiche des infos détaillées,tous les processus et leur identifiant utilisateur associé sur onze colonne, soit :
USER PID %CPU %MEM VSZ RSS TTY STAT START TIME COMMAND
  • Exemple, je ne mets pas toute la réponse, trop long
  • Un processus peut avoir plusieurs états :
  • exécution (R pour running) : le processus est en cours d’exécution ;
  • sommeil (S pour sleeping) : dans un multitâche coopératif, quand il rend la main ; ou dans un multitâche préemptif, quand il est interrompu au bout d’un quantum de temps ;
  • arrêt (T pour stopped) : le processus a été temporairement arrêté par un signal. Il ne s’exécute plus et ne réagira qu’à un signal de redémarrage ;
  • zombie (Z pour … zombie) : le processus s’est terminé, mais son père n’a pas encore lu son code de retour.
  • De plus, sous Unix, un processus peut évoluer dans deux modes différents : le mode noyau et le mode utilisateur. Généralement, un processus utilisateur entre dans le mode noyau quand il effectue un appel-système.
     
COMPRESSER ET DÉCOMPRESSER LES FICHIERS
  • Voir les man pour plus d’options
  • ZIP
  • suivi du nom du repertoire si vous voulez le décompresser dans un endroit voulu.
  • Pour décompresser
  • Les fichiers tar
  • c : crée l’archive
  • x : extrait l’archive
  • f : utilise le fichier donné en paramètre
  • v : active le mode « verbeux
  • Créer une archive tar
  • Pour extraire un fichier tar

>

  • Compression avec gzip (.tar.gz)
  • Extraction
  • Pour les fichier unace
  • Décompresser
  • archiver et compresser un dossier avec Gunzip
  • Pour extraire une archive tar.gz
  • pour archiver en Bzip2
  • decompresser
  • Compresser en gzip
  • décompresser avec
  • Compresser en Lzma
  • Decompresser
  • Les fichiers 7zip
  • ce qui vous installera aussi p7zip-full et p7zip-rar
  • décompresser avec
  • compresser un fichier en 7zip

.

image avec le titre UNRAR

https://unarchiver.c3.cx/commandline

.

  • Sous Linux un fichier est une ensemble d’informations cohérentes et identifiables, stockées sous forme d’octets.
  • Tout vos fichiers sont soit des repertoires, soit de simple fichier.
  • les fichiers (ou répertoires) dont le nom commence par un point (’.’) sont des fichiers cachés.
  • Evitez de manipuler des fichiers système si vous n’êtes pas sûr de vous.
  • Si vous mettez la pagaille dans certains de ces fichiers, votre système Linux ne fonctionnera plus.
  • /etc/passwd, /etc/inittab, /etc/fstab, XF86Config si vous en avez un, et aussi tous les ficchiers à là racine, boot, etc , bref soyez prudents, renseignez vous avant de toucher aux fichiers système.
     

 
capture d'ecran de console : figlet commandes teminal
 
- quelques autres exemples de commandes linuX
 

  • Compter les lignes d’un fichier avec : wc
    wc permet de compter le nombre de ligne d’un fichier, mais aussi le nombre de mot ou de caractères.
  • Le Nb de lignes
     
  • Pour avoir le nombre de mot l’option est -w
  • -c compte le nombre de caractères.
  • Pour savoir le Nb de fichiers dans le répertoire courant
     

 

  • La commande "sort" permet de trier un fichier texte. voir le man our les autres fonctions (trie par champs, colonnes, inverses ...)
  • Mais aussi connaître les fichiers les plus volumineux pour un répertoire donné (les poids sont affichés en bytes et triés du plus grand au plus petit)
     
  • La commande "uniq" exclue les doublons
  • La commande "cut" pour les extractions
    - prenons le fichier carnet.txt

marcel:056348969:Crozon:dit popol
jules:054387086:Marseille:dit lolo
iris:0543342345:Paris:dit ricain
albert:0345432187:Palaiseau:dit larticho

 


 

  • La commande cal affiche un calendrier
     

 

  • plutôt qu’un cat .bas history
     
  • La commande which affiche le chemin complet des commandes (shell).
     
  • La commande w va Affiché les utilisateurs connectés et ce qu’ils font
     


 

image du lien cliquable pour telecharger le pdf "epression bash"

 

.

Les commandes , grep-fgrep-egrep, sed et awk

.

les métacaractères
. représente le début d’une ligne, d’une chaîne de caractères
^ Le métacaractère ^ identifie un début de ligne. Par exemple l’expression régulière ^a va identifier les lignes commençant par le caractère a.
[xyz] classes de caractères - un de caractères dans la liste doit être dans la cible représentée, [A-Za-z] représente toutes les lettres.
 ? 0 ou 1 occurence du caractère ou de l’expression régulière précédé
$ Le métacaractère $ identifie une fin de ligne. Par exemple l’expression régulière a$ va identifier les lignes se terminant par le caractère a.
[^...] tout caractère exepté ceux énumérés
< la position en début de motif
> la position en fin de mot
| reconnaît l’un ou l’autre des termes qu’il sépare
* 0 ou n occurrences du caractère ou de l’expression régulière précédé, Le métacaractère * est le caractère de répétition.
L’expression régulière a* correspond aux lignes comportant 0 ou plusieurs caractère a. Son utilisation est à proscrire, car toutes les lignes, même celles ne contenant pas le caractère a, répondent aux critères de recherche. x* est une source de problèmes, il vaut mieux éviter de l’employer.
L’expression régulière aa* correspond aux lignes comportant 1 ou plusieurs caractères a.
L’expression régulière .* correspond à n’importe quelle chaîne de caractères.
L’expression régulière [a-z][a-z]* va chercher les chaînes de caractères contenant 1 ou plusieurs lettres minuscules (de a à z).
L’expression régulière [^ ][^ ]* est équivalent à tout sauf un blanc.

.

Les expressions régulières

  • Les commandes grep, sed, awk, utilisent les expressions régulières.
  • L’exemple le plus simple d’une expression régulière est une chaîne de caractères quelconque toto par exemple
  • Si l’on veut chercher une chaîne de caractère au sein de laquelle se trouve un caractère spécial (/, *, $, ., [, ], , , !, entre autres) (appelé aussi métacaractère), on peut faire en sorte que ce caractère ne soit pas interprété comme un caractère spécial mais comme un simple caractère. Pour cela vous devez le faire précéder par \ (backslash). Ainsi si votre chaîne est /dev, pour que le / ne soit pas interprété comme un caractère spécial, vous devez tapez \ /dev pour l’expression régulière.
    .
  • Comme je ne suis pas du tout bon, pour pas dire mauvais en programmation, je vais survoler ces commandes avec une explication basic et quelque exemples .
  • L’introduction et la programmation au Shell-Bash et la lecture des mans vous donnera une bien meilleure satisfaction.Il existe beaucoup de livres, sans parler des tutoriaux gratuits sur le web.
    .

dessin titre GREP
.

-*Pour les options de grep:aller voir ICI :

  • Le filtre « grep » est utilisé pour rechercher, dans un fichier, les lignes qui contiennent une chaîne de caractères précise.
    deux variantes du programme egrep et fgrep sont disponibles. Egrep est identique à grep -E. Fgrep est identique à grep -F.
  • L’utilisation de grep pour rechercher si un programme est installé sur votre systèm.
  • savoir guel processus tourne avec syslog
  • chercher un nom dans un fichier
  • Recherche les mots dont m n’est pas suivi de a dans le fichier confusion.txt
  • Liste toute les lignes du fichier confusion.txt commençant avec le caractère $
  • Liste tous les fichiers et répertoires dans le répertoire courant qui ne se terminent pas avec .odt
  • Recherche dans le fichier touutes les lignes ayant plop et exclure les lignes
    qui contiennent 22 et un more pour lire le résultat pag par page

.
dessin titre SED

  • sed l vous permet de manipuler vos fichiers textes de façon automatique

-*Pour les options de sed, aller voir ICI .

  • Supprimer une ligne selon son numéro. Attention les lignes vides sont comptées, ici les lgnes 1,4 et 7 sont supprimées
    Il faut utiliser l’option d.

Supprimer une ligne selon une REGEX (en faites une"Expressions Regulieres")
Toujours avec l’option d : va supprimer toutes les lignes qui commencent par #

  • supprimer la première ligne et toutes les lignes qui commencent par # .
  • afficher seulement les lignes qui commencent par #
  • Vous avez un probléme avec les accents et vous voulez tous les virer.
  • combiné a for, in et autres commandes, vous apprendrez vite avec sed que l’on peut remplacer des mots par un autres, un signe par un autres, ajouter des paramètres en fonction des extensions des fichiers,etc ..etc.. séparément ou en grand nombre.

.
dessin titre AWK

.
-*awk n’est pas seulement une commande, mais un langage de programmation.Utilisant les commandes, while, for, do-while, loop, if, else next, exit, continue, break, Begin, end, start print, printf etc.

  • awk — dont le nom vient des trois créateurs ;Alfred Aho, Peter Weinberger, Brian Kernighan
  • La syntaxe est inspirée du langage C
  • Les programmes installés sous debian sont ces deux :
  • awk s’utilise avec des scripts plus ou moins complexes, faisant appel au bash.
  • Le bash (Bourne Again Shell) est le shell par défaut de la plupart des distributions Linux
  • Le shell est le programme qui gère l’invite de commandes et qui attend que vous rentriez des commandes et des scripts sh, principalement utilisé en administration système .
  • Les opérateurs :
    • == égale à
    •  != différent de
    • <= inférieur ou égale à
    • >= supérieur ou égale à
    • < inférieur à
    • > supérieur à

.

  • Tableau des variables
ARGC Cette variable contient le nombre d’arguments provenant de la ligne de commande. Les options au programme gawk ne sont pas prises en compte.
ARGIND Cette variable permet de connaître quel fichier est en cours en traitement en contenant l’indexe de ARGV.
ARGV Ce tableau contient les arguments de la ligne de commande. Il est indexé de 0 à ARGC - 1.Vous pouvez changer dynamiquement le contenu du tableau. Cela a pour incidence de changer les fichiers en traitement par exemple.
CONVFMT La variable contient le format de conversion des nombres. %.6g
ENVIRON Tableau contenant l’environnement courant. Les éléments sont indexés par le nom des variables d’environnement ( ENVRION["PATH"] ).Si vous changez les valeurs du tableau, les programmes qui seront lancés par awk utiliseront toujours l’environnement de base.
FILENAME La variable contient le nom du fichier en cours de traitement. Si aucun fichier n’est spécifié alors FILENAME contient ’-’ et l’entrée standard est utilisée.FILENAME n’est pas encore défini dans les blocs BEGIN.
FNR La variable contient le numéro de l’enregistrement pour le fichier courant.FNR reprend la valeur 1 si un nouveau fichier est traité.
FS contient la chaîne permettant la séparation des champs.FS peut contenir une expression régulière.
IGNORECASE Cette variable permet de contrôler la casse pour les expressions régulières et les opérations sur les chaînes. Si IGNORECASE contient une valeur différente de 0 alors la casse n’est plus prise en compte.
NF La variable contient le nombre de champs pour un enregistrement. (Les champs sont séparés par des espaces et tabulations)
NR NR contient le nombre total d’enregistrements depuis le début du script.
OFMT Le format de sortie pour les nombres. %.6g
ORS ORS contient la chaîne permettant la séparation des enregistrements. La chaîne peut être constituée d’une multitude de caractères. \n
SUBSEP La variable contient le caractère utilisé pour séparer les différents élément définissant un indexe du tableau. L’utilisation de cette variable sera primordiale pour l’émulation des tableaux multi dimensions. \034 (fs)
  • La syntaxe de awk est la suivante :
  • awk [-F] [-v var=valeur] ’programme’ fichier
    ou
    - awk [-F] [-v var=valeur] -f fichier-config fichier
  • # Les lignes de commentaires commencent après le caractère #.
  • Les conditions seront éxecutés si les conditions sont remplies.
    -* Comme dans la majorité des langages, il vous faudra les accolades, les "
    et les ;.
  • Le programme:syntaxe.
  • BEGIN doit être suivi de son accolade ouvrante sur la même ligne.

 

auto-collant pour debian jessie

ligne de commande sous XFCE

ls -lisha - htop - MC

 

nmon, outil de surveillance

nmon - un outil de surveillance en Ligne de commande





Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.19
Hébergeur : chezlagrenouille.fr